Outre les particuliers et la presse locale, M. Tournabien (Prdt du Syndicat du Pays de Maurienne) et M. Charvoz (Vice-président du Conseil général) étaient présents. Après les remerciements adressés à monsieur le Maire de St Rémy qui a accepté de mettre la salle des fêtes à disposition, contrairement au maire de Pontamafrey, les débats sont ouverts. Les objectifs sont la mise en commun des expériences et la constitution d'une association de défense. Les animateurs du débat expliquent que la constitution d'une association leur est apparue comme une nécessité après plusieurs rencontres et entretiens qui mettaient en évidence l'étendue du problème et des différences de traitement.

Les points suivants sont abordés :

La création d'une association correspond à une nécessité de rompre l'isolement des particuliers (l'aspect psychologique n'est pas négligeable) et entre aussi dans une logique de rapport de force face aux responsables. Notre première demande est d'être écoutés et pris en compte avec équité comme les entreprises, collectivités, promoteurs et autres, sans tarder. Les déclarations publiques officielles qui se veulent rassurantes semblent être en contradiction avec un comportement tout autre sur le terrain face aux particuliers. Il semblerait qu'il y ait en réalité, une tentative de minimiser les faits et de dilution des responsabilités en mettant en cause les constructeurs puis les artisans et enfin les lotisseurs (demande d'étude géologique des terrains). Il est précisé que nous devons nous appuyer sur des faits précis et non la rumeur, ni des imprécisions, d'où la nécessité de créer une base de données informatisée à partir d'une fiche de renseignements qui sera remise à chacun. Cette mise en commun permettra aussi d'établir que les mêmes anomalies apparaissent pour les constructions réalisées avec du béton fourni par BRA sur une période précise.

Toute la question est dans un premier temps de définir clairement ce que nous attendons puis demandons et enfin les moyens que nous comptons utiliser sans perdre de vue cette évidence : nous sommes victime d'une défaillance de BRA, défaillance aux conséquences lourdes et multiples.

Lors de leurs interventions, M.Tournabien (Prdt du Syndicat du Pays de Maurienne) et M. Pierre-Marie Charvoz (Vice-président du Conseil général) font part de leur soutien et des démarches qu'ils entreprendront auprès des maires, du Conseil général, de la DDE et du député Michel Bouvard. Un intervenant nous précise par ailleurs les données techniques que nous ne connaissons pas forcément dans le détail.

Quelques suggestions concernant les demandes :

  • mise en place des moyens nécessaires pour un traitement rapide du problème comme pour les stations de ski par exemple.
  • Demande de stabilisation, de réparation ou de destruction ?

Lors des premières visites, les experts évoquent la possibilité d'une consolidation ; cette solution semble peu crédible car sur une longue durée les mêmes symptômes réapparaîtront certainement. (On sait déjà que les dégâts apparaissent peu à peu et de façon inéluctable).

  • Demande d'engagement précis dans les procédures et modalités.

Les promesses orales ne suffisent pas ; des engagements précis par écrit ainsi que le détail des prises en charge (travaux de remise en état à l'identique notamment en prenant en compte les travaux d'amélioration ou de finition, tous frais déménagement et de relogement en attente ...) pourraient être demandés.

  • Éventuellement, demande d'indemnités pour tous les dommages.

Les remises en état provisoires effectuées par les particuliers, les frais de chauffage lorsque des portes ou fenêtres ne ferment plus par exemple, tous les préjudices, y compris psychologiques doivent être pris en compte.

Quelques suggestions concernant les actions :

pour chacun

  • informer la Mairie que l'on est touché par « l'affaire BRA »
  • informer sa compagnie d'Assurance par courrier, même si cela ne semble pas toujours indispensable, au cas où ...

pour l'association

l'éventualité d'une procédure judiciaire n'est pas à exclure même si elle n'est pas d'actualité pour l'instant

  • prise de contact avec BRA, VICAT
  • prise de contact avec les élus
  • recherche d'informations dans le domaine des assurances et des recours (juriste, revues spécialisées ...)
  • demande de subvention aux collectivités pour les frais de fonctionnement
  • prise de contact avec la presse écrite, la presse audio puis télévisuelle
  • prise de contact avec les ministères et institutions diverses
  • prise de contact avec les syndicats ou organisations professionnelles puis groupements d'intérêts et associations
  • prise de contact avec des concepteurs et animateurs d'émissions radio et télé

Quelques suggestions concernant les moyens d'action :

  • constitution d'une Association et donc du Bureau

Il est précisé que la parole de chacun a sa place, qu'elle reste libre à titre individuel mais que les déclarations ne pourront pas être faites au nom de l'Association sans accord du Bureau

  • nomination d'un correspondant local par zone géographique afin de favoriser la communication interne, limiter les dépenses et le temps passé
  • nomination d'un porte-parole auprès des médias afin d'éviter les malentendus
  • création d'un site internet

Décisions concernant les modalités pratiques :

  • création d'un fichier de renseignements avec nom, adresse, téléphone ... puis descriptif des dommages, des expertises et sentiments
  • définition des modalités de fonctionnement (adhésion de 3 euros pour frais de timbre au début).
  • Constitution du Bureau après appel à des volontaires :

M. Ours (Président) M. Brun (Vice - président) M. Le Roux (Secrétaire)
Mme Pichat (adjointe) M. Bret (Trésorier) M. Rodrigues (adjoint)
M. Le Roux est désigné porte-parole

  • choix du nom de l'Association :

après plusieurs propositions, le choix s'avère difficile. L'assemblée admet que le Bureau le déterminera en fin de réunion. Finalement le choix se porte sur « Association des Sinistrés du Béton » (ASB)

Une réunion du Bureau est prévue pour le lundi 4 décembre à 20 h.

Le Roux Yannick

29.11.2006